En Grèce, les manifestations se poursuivent après un accident de train, les journalistes en grève

La colère ne diminue pas. Aucun bulletin d’information radio et télévision n’a été diffusé mercredi 15 mars en Grèce en raison d’une grève de 24 heures des journalistes dans le cadre d’une vaste manifestation contre l’accident de train du 28 février qui a fait cinquante-sept morts.

La grève touche le secteur audiovisuel, la majorité des sites d’information et la presse écrite, selon les syndicats de journalistes. « Les journalistes unissent leurs voix à celles de la société grecque et du mouvement syndical » Pour « réclamer la véritable attribution de la responsabilité du crime de Tempé [lieu de l’accident, à 350 kilomètres au nord d’Athènes] »a annoncé la Confédération panhellénique des éditeurs (Poesy) dans un communiqué.

Lire aussi : En Grèce, des milliers de personnes manifestent pour faire monter la pression sur les autorités après la catastrophe ferroviaire de Tempé

“Découverte des causes réelles de l’accident”

La Poesy appelle également à la levée de ce qu’elle prétend être des pressions exercées sur les journalistes par ” les propriétaires “ groupes de médias et ” des soirées “ et appelle les journalistes à travailler pour « Découvrir les véritables causes du tragique accident qui a secoué le pays ». Les journalistes demandent également ” conventions collectives “, dénoncer “bas salaires” depuis la déréglementation du secteur lors de la crise financière de la dernière décennie.

Cette grève est observée à la veille d’un ” grève générale “ vingt-quatre heures à l’appel des syndicats privés et publics après plusieurs mouvements de protestation depuis la catastrophe ferroviaire qui a révélé de graves dysfonctionnements dans le secteur ferroviaire.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Grèce, la pression monte sur le gouvernement Mitsotakis

Mercredi dernier, quelque 65 000 personnes sont descendues dans les rues d’Athènes et d’autres villes du pays. La Grèce se heurte au gouvernement conservateur au pouvoir depuis quatre ans, mais aussi à ses prédécesseurs alors que les experts, les médias et l’opinion accusent les autorités d’avoir négligé la modernisation du réseau ferroviaire.

Le Monde avec AFP

La zone de contribution est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace de discussion et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *