Nicole Prieur, thérapeute familiale : “Il faut oser parler d’argent dans le couple”

Nicole Prieur est philosophe et thérapeute familiale, spécialiste de la question de l’argent dans les couples et les familles. Elle a publié Famille, argent, amouravec Bernard Prieur (Albin Michel, 2016).

Les femmes et les hommes ont-ils le même rapport à l’argent ?

Absolument pas. Le rapport à l’argent est excessivement genré. Dans la répartition traditionnelle des tâches, la gestion de l’argent, des placements et du patrimoine reste l’apanage des hommes. Ce n’est pas une question de compétences ou de connaissances financières, mais plutôt de légitimité.

Dans l’inconscient collectif, les femmes ne se considèrent pas légitimes en matière financière. Ils ont acquis une indépendance économique, ils gagnent leur vie, mais, concernant la gestion des finances, le chemin de l’émancipation est encore long.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Investissements : où sont les femmes ?

Pourquoi ne prennent-ils pas davantage les choses en main ?

Le rapport à l’argent est ancré dans l’histoire familiale. Vous pouvez critiquer vos parents sur de nombreux sujets, comme la politique ou l’éducation, mais pas sur l’argent, qui est une affaire personnelle. Une fois en couple, difficile de ne pas reproduire ce mode de fonctionnement ancestral qui veut que l’homme s’occupe des finances.

Il y a un malentendu sociétal à ce sujet : on ne change rien, parce qu’on ne se pose même pas la question. Il faut en finir avec l’adage « quand on aime, on ne compte pas » ! C’est une erreur absolue : au contraire, il faut oser parler d’argent dans le couple, car plus on en parlera, mieux on parlera d’amour. Le couple doit co-construire son propre rapport à l’argent pour que celui-ci ne reste pas tabou.

Que se passe-t-il dans les couples où la femme gagne plus que l’homme ?

C’est un sujet intéressant. Les femmes sont dans le domaine du don, du « care », c’est-à-dire qu’elles prennent soin des autres, au sein du couple et de la famille. L’un des rares domaines où ils sont en mesure de recevoir plutôt que de donner est celui de l’argent.

Lorsque les femmes gagnent plus que l’homme, on constate qu’elles se sentent un peu coupables et mal à l’aise, comme si cela enlevait une certaine forme du pouvoir ancestral attribué à l’homme. Mais je suis optimiste : les jeunes femmes se sentent plus à l’aise pour parler d’argent que les femmes plus âgées, surtout lorsqu’il s’agit de demander une augmentation. La prochaine étape est de parler plus franchement d’argent avec votre conjoint, ça viendra.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Titiou Lecoq : « Avant d’avoir un enfant, faites une soirée comptabilité en couple ! »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *